Lille #4 : une petite recette?

 

De retour d’un week-end ou de vacances, j’aime bien prolonger le voyage en préparant une recette issue de la gastronomie locale. Pour honorer la cuisine du Nord j’ai choisi de réaliser une carbonade flamande. Il s’agit d’un ragoût de bœuf mijoté à la bière, souvent agrémenté de pain d’épices. Autant dire un plat qui réconforte:) Je me suis inspirée de la recette d’Anne qui tient le délicieux site Papilles et pupilles.

Voici les ingrédients pour 4 personnes :

– 1,5 kg de paleron ou de joue de bœuf, à découper en gros cubes

– 66 cL de bière brune (pour ma part deux bouteilles de Leffe brune)

-2 gros oignons

-un morceau de beurre et de l’huile de tournesol

– 1 cuillère à soupe de cassonade (ou de vergeoise si vous en avez)

– 2 cuillères à soupe de farine

– 2 cuillères à soupe de vinaigre (j’ai utilisé du vinaigre de vin blanc au cassis rapporté de Dijon)

– 2 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne

– 3 clous de girofle

– 5 branches ou 1 cuillère à café de thym

– 1 grosse pincée de sel

– du poivre

 

Et aussi :

– 2 tranches de pain noir tartinées de moutarde (ou du pain d’épices si vous préférez)

 

Préparation :

Faites chauffer une partie des matières grasses dans une marmite, et faites-y revenir les oignons émincés. Lorsqu’ils sont translucides, mettez-les de côté.

Déposez le reste de matières grasses dans la marmite pour y faire sauter les morceaux de viande puis comme dans un bourguignon, enrobez-les de farine et baissez le feu. Ajoutez le vinaigre, la moutarde, le thym, les clous de girofle, le sel et la cassonade/vergeoise et bien sûr les oignons. Mélangez bien le tout et versez la bière.  Le plus dur est fait 🙂 Laissez mijoter à couvert pendant 1h30 en surveillant et remuant de temps en temps.

Puis émiettez les tranches de pain tartinées de moutarde sur la viande et remettez à cuire encore 30 minutes à couvert. Poivrez et rectifiez l’assaisonnement si nécessaire.

J’ai servi ma carbonade avec de grosses frites au four mais c’est aussi délicieux avec des pâtes fraîches, des tagliatelles par exemple. Enfin comme tout plat mijoté, il est encore meilleur réchauffé !

Vous m’en direz des nouvelles 🙂

 

Publicités

Lille #3 : Mes bonnes adresses

L’histoire et la culture c’est bien, mais l’expérience lilloise n’est pas complète avant d’avoir goûté aux bonnes choses à boire et à manger!

 

Où manger un morceau/ Où boire un verre ?

Les compagnons de la grappe (26, rue Lepelletier -dans la cour)

C’est un restaurant réputé qui se trouve caché au fond d’une cour. Une cuisine et une déco sans chichis et bien copieuse. On a goûté la carbonade(miam) et le welsh et il n’y avait malheureusement plus de place pour les desserts qui étaient pourtant très tentants.

cour compagnons de la grappe

welsh c de la grappe

carbonade c de la grappe

-Saveur des îles (266 rue Léon Gambetta) cuisine mauricienne

J’ai commandé un bol renversé qui m’a transportée sous les tropiques. De quoi découvrir ou se replonger dans la cuisine de cette île de l’Océan indien.

bol renversé

 

L’gaiette (30 rue Masséna)

Lors de notre précédente venue à Lille nous avions goûté à la cuisine traditionnelle flamande accompagnée d’une bonne bière locale dans cet estaminet à la décoration soignée.

intérieur lgaiette

welsch lgaiette

 

Coffee Makers (151 rue de Paris)

Pour prendre des forces avant de partir à la découverte de la ville je vous recommande chaudement le brunch dans ce café. Avec mon thé ce jour-là on m’a servi une petite salade de lentilles/légumes, un sandwich chèvre et confiture de figue (un régal), un jus, une verrine et une part de gâteau au thé matcha. Les produits sont faits maison/de qualité et délicieux. Réservation recommandée pour le brunch le week-end !

facade cofeemakers

intérieur cofeemakers

brunch cofeemakers

Meert (27 rue Esquermoise)

Il faut y aller pour goûter les gaufres (très différentes de celles des voisins belges). J’ai si vite mangé la mienne qu’elle n’est pas sur la photo! Le lieu est un peu suranné mais c’est une institution à Lille.

facade meerttasse Meertintérieur Meert

Aux Merveilleux de Fred (plusieurs boutiques, la plus ancienne se trouve 67 rue de la Monnaie dans le Vieux Lille)

Il y a souvent la queue devant l’entrée mais lorsqu’on a goûté une (si vous êtes raisonnable) de leur meringue parfumée enrobée de chantilly ou leur cramique aux pépites de chocolat on ne regrette pas du tout l’attente et on pense à la prochaine halte que l’on fera dans une des boutiques de la ville.

intérieur Merveilleux

confection Merveilleux

vitrine Merveilleux

Morel et fils (31 place du Théâtre)

Le cadre a du cachet ; Dany Boon y avait tourné la scène du restaurant dans le film Bienvenue chez les Ch’tis.

 

Et pour savourer une bonne bière, suivez les gens du coin, ils connaissent les meilleurs endroits!bières

 

  • Boutiques

J’ai trouvé mon bonheur dans ces deux jolies boutiques qui proposent des vêtements à des prix très abordables.

Juju s’amuse (106 rue Esquermoise) http://www.jujusamuse.com/

Les Piplettes (16, rue de la Clef) http://lespiplettesstore.fr/boutique/

 

Pour rapporter des produits du coin comme de la bière, des spéculoos, de la vergeoise, du maroille, des gaufres… il y a notamment la boutique L’Estaminette (10, rue de la Barre) http://www.lestaminette.com/

J’espère que vous trouverez votre bonheur parmi ces quelques adresses. N’hésitez pas à partager les vôtres en commentaire sous l’article !

Lille #2 : Suivez le guide

Lille est une ville à taille humaine et sans relief donc vous pourrez aisément arpenter les rues à pied/ à vélo (avec les http://vlille.fr/ ) ou avec les transports en commun. Le centre-ville n’est volontairement pas « voiture-friendly » donc on nous avait conseillé de la laisser dans une parking P+R en périphérie et d’où nous avons rejoint le cœur de la ville en une dizaine de minutes en métro, c’est très pratique.

vélos

Que voir à Lille en un (long) week-end?  Je vous emmène faire un tour dans la ville.

J’ai beaucoup aimé me promener dans les ruelles du Vieux Lille : il y a plein de jolies façades, de couleurs, des pavés. Et même si les plus vieilles maisons du Vieux-Lille datent « seulement » de la fin du XVIIe siècle, on est directement plongé dans le passé. Et les vieux murs abritent aussi des boutiques très sympas, je vous donnerai quelques adresses 🙂

facades vieux lille

îlot comtesseEn flânant vous tomberez certainement sur la Cathédrale Notre-Dame-de-la-Treille, à l’apparence un peu étonnante (certains diront hétéroclite) qui fut construite entre 1854 et 1999. Il faut entrer pour se faire un avis et surtout observer de l’intérieur les nervures du marbre de la façade éclairée par la lumière extérieure, surtout s’il y a un beau soleil comme lorsque j’y suis allée.

Treille

façades Treille

Vous pourrez regagner la Grand’ Place, entourée de belles façades, de restaurants de magasins comme le Furet du Nord, qui est depuis 1959 une librairie considérée comme la plus grande d’Europe mais qui était à l’origine un magasin de fourrures. En face, le bâtiment ancien est la Vieille Bourse qui abrite aujourd’hui le marché du livre d’occasion dans sa cour.

façades grand place

voix du nord

intérieur bourse

bourse aux livres

chambre de commerce panneau

En vous dirigeant vers le Palais des Beaux-Arts, qui vaut une visite, les œuvres sont bien mises en valeur et on s’offre un petit moment culturel au calme – et à l’abri s’il pleut, vous passerez près du Palais Rihour (siège de l’Office du tourisme).

coupole musée des beaux arts

Le Quartier Saint-Sauveur a longtemps été celui des ouvriers textiles; il a connu de nombreuses rénovations au cours du XXe siècle. On y trouve l‘hôtel de ville, surmonté d’un beffroi haut de 104 mètres.  Nous ne sommes pas montés mais on nous avait recommandé l’ascension qui permet d’avoir une belle vue sur la ville et les alentours.  L’ancienne Gare Saint-Sauveur a été transformée en un lieu de loisirs et d’expositions qui changent régulièrement.

beffroi

Quand je parlais de nouveau visage c’est vers Euralille qu’il faut aller le trouver : ce quartier d’affaires inauguré en 1994 s’organise autour de la gare TGV Lille Europe, de Lille Grand Palais et du centre commercial Euralille (pratique pour une pause shopping). Plusieurs architectes et urbanistes très réputés ont collaboré à sa création, comme Jean Nouvel ou Christian de Portzamparc. Bon on aime ou on n’aime pas, c’est de l’architecture moderne…

 

En sortant du centre-ville (avec le tram direction Croix) nous sommes allés visiter la Villa Cavrois dont j’avais entendu parler sur le blog de Juliette https://www.jenesaispaschoisir.com/. J’ai trouvé le lieu incroyable, une immense maison construite par l’architecte Mallet-Stevens au début des années 1930 pour la famille (nombreuse) Cavrois. Le bâtiment avait été laissé à l’abandon pendant une vingtaine d’années avant que l’Etat ne le rachète et le restaure. Un vrai coup de coeur cette visite! Et si vous avez le temps, allez faire un tour dans les jardins Mallet-Stevens à côté, c’est un endroit très agréable et joliment aménagé. Pendant qu’on y était, on a assisté à deux séances de photo de mariés, c’était rigolo.

facade villa cavrois

villa cavrois salon

horloge cuisine villa cavrois

villa cavrois couloir

villa cavrois miroir

Le dimanche en fin de matinée on est partis vers le quartier de Wazemmes pour voir le fameux marché. En arrivant, on découvre une autre facette de la ville et une toute autre ambiance : c’est très populaire, vivant, cosmopolite. On trouve des stands qui vendent des fruits et des légumes mais aussi des articles de couture ou encore des bricoles électroniques,  on se fait accoster par des militants qui nous tendent des tracts et on voit des pancartes avec des messages très divers. C’est dépaysant mais ça ne m’a pas emballée plus que ça.

marché Wazemmes

marché couvert

Comme il faisait beau (et oui encore, on a été très chanceux!), l’après-midi on est allé se promener (…et faire une sieste) à la Citadelle, construite après la prise de la ville par Louis XIV : on y trouve le zoo et un parc d’attraction pour les enfants, donc autant vous dire que c’était BONDE!!  J’ai été assez frappée de voir parmi les groupes installés, beaucoup de gens avec les packs de bière en plein après-midi (et pourtant dans la région où j’habite on est des consommateurs de bière…).

pont napoléon

café du vieux lille

Voilà pour ce petit tour, un bon aperçu de la ville pour vous donner envie d’aller la visiter si vous ne la connaissez pas. Il y a bien sûr d’autres choses à voir ! J’ai par exemple noté pour une prochaine virée lilloise le Musée de la Piscine (à Roubaix).

Et si vous avez envie d’en savoir plus sur l’histoire de la ville, c’est par ici.

Lille #1 : Un peu d’histoire

Après un passage éclair à Lille il y a quelques années, j’ai eu l’occasion d’y retourner au printemps pour découvrir plus en profondeur cette très jolie ville (surtout avec le temps magnifique ce week-end là). J’ai du coup rédigé cet article en compilant informations et photographies de mes deux passages lillois.

enseigne cloche

Ce que j’aime particulièrement lorsque je visite un endroit, c’est connaître son histoire, les grands événements et les période qui l’ont modelé. Si la ville de Lille a connu pendant ces vingt dernières années une véritable métamorphose, elle conserve malgré tout les traces de sa longue histoire.

La légende affirme que Lille aurait été fondée en 640 par les géants Lydéric et Phinaert. Mais la première trace de Lille dans un écrit remonte à 1066. Du fait de sa position stratégique, Lille passe du XIIIe  au XXe siècle entre différentes mains (Royaume de France, Bourguignons, Espagnols, Allemands, Hollandais, Autrichiens, rien que ça !) en raison de sièges, alliances ou mariages.

hospice comtesse

rue vieux lille

La ville se dote de belles constructions de style flamand (Palais Rihour, Place aux Oignons, Vieille Bourse, notamment) à l’époque du duc de Bourgogne ou des rois d’Espagne. Mais suite à la conquête de la ville par Louis XIV en 1667 le style architectural français s’impose et de superbes hôtels particuliers sont  construits (Rue Royale notamment).

place aux oignons

Palais Rihour

bourse jour

Tout au long du XIXe siècle, la ville s’étend et intègre les communes limitrophes (Wazemmes, Fives, Esquermes…). L’architecture est très imprégnée de style parisien néo-classique (Palais des Beaux-Arts, Théâtre Sébastopol).

Avec le développement de l’industrie, dans le textile notamment, les inégalités se creusent entre les habitants (bourgeois VS ouvriers) et les idées sociales s’ancrent dans la région. La population de Lille augmente considérablement et atteint 218 000 habitants en 1911.

Palais des Beaux arts

La Première Guerre mondiale éclate : plus de 5 000 obus détruisent le quartier de la gare puis la ville est occupée par l’armée allemande, comme pendant la Seconde Guerre mondiale d’ailleurs. On peut encore observer des traces de ces bombardements comme sur la façade de la brasserie Morel et fils (Place du Théâtre) : un obus logé dans le mur a été repeint en rose pour représenter un sein, comme vous pouvez le voir sur la photo 🙂

façade Morel fleche

Le déclin des industries textiles et mécaniques à partir des années 1960 ouvre une longue période de crise et ce n’est qu’à partir des années 1990 que la ville connaît une renaissance et se transforme en mettant en avant ses nombreux atouts : position au coeur de l’Europe, ligne TGV, tunnel sous la Manche, centre Euralille…

logo_lille2004_capitale europ culture
source : www.nordmag.fr

L’année 2004 fut décisive pour Lille qui devient « Capitale européenne de la culture » et est désignée « Ville d’art et d’histoire ». C’est grâce à ce tremplin et au fait qu’elle soit très accessible en TGV que la ville a changé son image et a renforcé son attractivité pour les étudiants, les entreprises mais aussi les touristes. L’aire urbaine lilloise est aujourd’hui la 6e de France avec plus d’1,1 million de Chtis!

Allez, assez d’histoire, on partira vraiment à la découverte de la ville dans le prochain article !